Page 1 sur 3

Ras-le-bol des idées reçues sur les règles!

Publié : 25 sept. 2013, 20:12
par Sarah Claudine
C'est un petit coup de gueule que j'ai envie de pousser... Bien sûr c'est basé sur ma propre expérience, mais je ne pense pas vraiment être la seule, et je serai curieuse d'avoir l'avis d'autres filles.

Voilà, je trouve que nous sommes assez mal informées sur notre corps en général, et sur les règles en particulier.
Le truc qui me met dans une colère noire, c'est le mythe des "25ml par mois". Comme quoi les règles "abondantes" ce n'est qu'une impression, et que -Dixit ma prof de SVT en 5ème "les pertes de sang pendant toute la durée des règles, ça représente à peine une tasse!" :evil:
Je me suis déjà pris le bec avec des gens (dont mon chéri) qui refusaient d'admettre le contraire...
J'ai eu mes règles vers 13 et demi, et donc jusqu'à présent le schéma des cours de SVT et "d'éducation sexuelle" (et donc que je pensais être le même pour toutes) c'était:
_ des cycles de 28 jours donc des règles environs 12 fois par an
_ des pertes de 25 ml donc
_ des règles qui durent entre 3 et 5 jours
_ éventuellement des petits désagréments avant type mal au dos, nervosité, boutons...
_ Quand aux pertes vaginales, on en parle quasiment pas, où alors on te dit que ça arrive de temps en temps en fonction du cycle!

Mais la réalité que je me suis prise dans la tronche, ce fut ceci:
_ des cycles de 21 jours, donc des règles 18 fois par an. Le pire c'est quand je commençais ET terminais le mois avec mes règles...
_ des pertes hémorragiques (impossible de garder une serviette plus d'une heure et demie, flux incontrôlables la nuit - j'ai d'ailleurs bousillé un matelas à cause de ça).
_ des règles qui duraient une bonne semaine, dont 5 jours de flux hémorragiques
_ des mastoses à certains moment du cycle
_ et surtout un syndrôme pré-menstruel très dur, avec un état quasi dépressif avant les règles - c'est toujours le cas, même sous pilule.
_ les pertes blanches? J'ai commencé à en avoir deux ans avant mes règles, tous les jours. Je ne connais personne d'autre qui en a aussi abondamment... La encore j'ai du porter des protège-slips inconfortables, ou bousiller mes culottes...

Merci la génétique! Car je tiens ça de ma mère, qui le tient elle-même de sa mère, et sa grand-mère avant, etc, etc... Et comme si ce n'était déjà pas suffisamment casse-pieds, je ne fixe quasiment pas le fer, et je fais de l'anémie depuis l'école primaire. L'arrivée de ces règles hémorragiques n'ont fait qu'aggraver la chose.
Je ne parle pas des vacances gâchées, des exams, stages de sport, qui coïncident pile avec le cycle, etc...

Les autres filles que je connaissais avaient des règles "normales", des cycles longs... J'étais tellement en colère contre mon corps qui ne faisait rien comme les autres! :cry:

Bien sûr, j'aurais pu prendre la pilule, car j'avais peur des effets secondaires, mais mon médecin à fini par le l'imposer, car mes analyses de sang n'étaient pas bonnes du tout.
Les aventures avec la pilule, c'est encore une autre histoire, mais j'ai découvert la joie de n'avoir ses règles "que" 12 fois par an!! :lol:
Et quand je pense au nombre de protections que j'ai du consommer!!! :o Bizarrement, je crois que si j'avais entendu parler de la coupe au lycée, je l'aurais adoptée!!

Bref, maintenant que je suis sous pilule et que j'en ai terminé avec cette loooongue période ingrate qu'est l'adolescence, je vis mieux mes règles et je me sens mieux dans mon corps.
Mais la petite gamine angoissée que j'étais aurait bien contente qu'on la prévienne que les règles ça pouvait être aussi cela. Je me dis avec le recul que les profs essayaient durant ces cours "d'éducation sexuelle et d'hygiène" de ne pas trop nous faire peur, et de nous faire prendre les règles comme quelque chose de normal et pas si terrible.
Mais à force de trop dédramatiser, on risque peut-être de désinformer, non?

Et vous, quel a été votre vécu concernant "les règles en théorie vs la pratique"? Avez-vous eu l'impression d'être bien informées sur les règles et leurs conséquences sur votre corps et votre moral?

Re: Ras-le-bol des idées reçues sur les règles!

Publié : 26 sept. 2013, 12:15
par Logicielle
Le tabou sur l'intimité féminine est juste horrible. En discutant avec ma belle-sœur la dernière foi je me suis rendu compte que même après avoir eu un enfant et s'être fait posé un DIU elle n'avait aucune idée réelle de ce qu'était le vagin, l'utérus ou le fonctionnement des règles ...

J'ai toujours aimer la biologie humaine, encore plus ces dernières année ayant subit deux opération de la mâchoire, la découverte de mon anémie sévère et en devenant de plus en plus autonome.

Mes mon premier contact avec les règle ça a été en primaire avec un joli film sur les ours et la sexualité -_- Petit ours brun qui a un accident au réveil ça m'a marquer à vie ...

Ça a toujours été un peu un tabou dans la famille. J'ai souvenir d'avoir demander à ma grande tante : ça sert à quoi les protège slip ? et on m'a répondu : c'est pour les grandes personnes ... ok ...

Mes règles sont arrivées durant mes 14ans je crois ... Je me souviens juste les avoir eu quasi en même temps qu'une amie et que l'ont s'était dis à l'époque que ça y est on était des femmes ! Elles étaient assez chaotiques et surtout abondantes ! La nuit la plus grande des serviette ne suffisait pas et je me levais toutes les nuits à 2h du mat' pour changer de couche et nettoyer ma culotte tachée toute honteuse.

J'ai aussi un épisode en sport, où heureusement pour moi j'avais un jogging rouge, mais la fuite a été tellement énorme que j'avais les fesses entièrement rouge à cause du coton bien absorbant :o

Viens mon premier copain et hop ma mère m'envoie à la PMI pour m'informer. Je devais avoir 16/17ans. Elle a bien fait ça m'a permis de prendre la pilule tôt, dès que je me suis sentie prête sans passer par la case "gêne d'en parler avec les parents".

Mais si au final je n'ai pas été plus informée que ça ... On m'a juste dis de faire attention à ci et ça, que le frottis c'était important (pourquoi ? on ne me l'a pas dit) que les examens c'était pas agréable mais qu'il faut le faire, qu'il fallait se faire dépister pour le sida, ce genre de choses. Mais pas d'explication du pourquoi du comment. Et surtout je me rend compte maintenant que la consultation était sommaire, réduite au stric minimum.

Alors je prône vraiment les PMI, pour les zones où j'ai grandie, en banlieue avec des jeunes franchement perdus sur leur sexualité, oui c'est génial ! Mais ce n'est pas un réel suivit gynéco, c'est un soutien, une solution pratique mais pas idéale ...

Bref mes règles sont devenues plus stables avec la pilule, toujours aussi débordantes la nuit mais réglées comme du papier à musique. Je me suis même arrangée depuis cet époque et jusqu'à aujourd'hui pour que mes premiers jours tombent le week-end pour être tranquille chez moi.

Viens ensuite mes épisodes de mycoses intense ! A chaque cycle tout recommence ... Et on me dis tout simplement que c'est comme ça, que je dois mettre des jupes (je détestait ça à l'époque), que je dois prendre des tampons spéciaux au probiotiques (va expliquer ça à ta mère -_-) et surtout que je dois traiter mon copain autant que moi ... Ça vous bousille un couple et votre vie intime ...

Viens enfin mon énorme anémie ! Je faisais de faux malaises tous les matins dans le rer, une fatigue énorme mais à cette époque je me levais à 5h30 pour rentrer à 19/20h ... Mon généraliste me questionne tout de suite sur mes règles : trop abondante ? Tu perd combien ? Je n'en sais strictement rien je ne connais que les miennes ! Bref il me change de pilule pour une plus fortement dosée ...

Miracle mes mycoses disparaissent dès le moi suivant *_*
Tiens on ne m'avais pas dis moi que ça pouvais venir de ça ! D'ailleurs y'a quoi dans ces pilules ... Et là je commence à réfléchir ! A comprendre comment ça marche.

Je suis restée avec cette pilule pendant 3ans à peu près, avec l’illusion de règles mon abondantes car elles duraient moins longtemps, mais en y repensant c'était 5jours forts et non pas un cycle progressif. Et mo anémie ne changeait pas vraiment, mais fatiguée du médecin j'ai déserté et fait à ma sauce.

Au final je me suis renseignée de plus en plus, puis j'ai rechercher un vrai gynéco, un fiable qui parle de tout. J'ai trouvé mon bonheur !

Première consultation :

-Je lui parle de mon anémie : mais mademoiselle votre fer circulant a toujours été bon ! (j'avais garder toutes mes prises de sang, je suis assez maniaque sur mon dossier médical). Pas de quoi parler d'anémie. Vous avez juste du mal à fixer le fer, et vous n'avez que peu de réserve mais si vous faite attention à votre alimentation tout est parfait. *_*
Mon sauveur !

-Je lui parle de mes mycoses passées : ha oui souvent une pilule mal adaptée peut provoquer ça, l'idéal est de varier le dosage dans ces moments là pour voir s'il y a changement. On devrait arrêter de dire au femme que les mycoses sont une fatalité.

-Je lui donne le nom de ma pilule : mais voyons c'est pas croyable on vous donne une pilule pour femme de 40ans ! Normal que vos règle soient les chutes du niagara ! Allez hophophop on change pour une pilule de jeune fille faiblement dosée !
Et depuis mes règles ont diminuées de façon drastique ! D'une Lunacopine presque trop petite les gros jours je suis passée à une Lunacopine presque trop grande ! Je peux la garder une journée entière sans fuite.

-Viens l'examen et pour la première fois de ma vie il a été complet ! Pas juste savoir comment va mon vagin, non la totale et avec une extrême douceur. Et avec toujours le bon petit mot "mais tout est parfait par ici !" 'vous avez de très belle sécrétions", ça ferait presque rougir XD
Pour la première fois aussi j'ai eu un examen des seins. Et je me suis rendu compte que oui la femme ça ne se résume pas à deux ovaires et un utérus ... On est complète et on ne peux pas s'occuper correctement de nous sans prendre l'ensemble. Il s'est inquiété aussi de l’hypertension dans ma famille, en me rassurant car je pouvais très bien passer au travers des mailles de la génétique, mais que je devais quand même surveiller un peu. Il a fait le tour de ma santé comme l'aurait fait n'importe quel généraliste, mais en plus poussé, et tout cas en 20minutes, une vraie consultation pas longue mais efficace !

Ma pilule s'est révélée être une 3ème génération non remboursée. Au départ j'ai un peu paniqué, puis en lisant tout ce qui a été dis, puis en retournant le voir je me suis rendue compte de l'idiotie de notre système de santé. Ces pilule sont même moins dangereuse que certaines vieilles générations ... On a pu pas mal échanger sur le sujet et il m'a vraiment totalement rassurée.

Et depuis que je me suis inscrite ici je vois bien à quel point chaque femme est différente, à quel point il y a vraiment besoin d'un accompagnement personnalisé, d'un gynéco qui prendrait chaque cas bien à part, et non pas banalisé comme on fait maintenant.

Après tout ça je suis définitivement convaincue de deux choses :

1_ il faut être acteur de notre santé et ne pas être passif. C'est notre corps, ont doit le connaitre aussi bien que notre médecin sinon on peut nous vendre tout et n'importe quoi et nous bousiller nous même sans nous en rendre compte.

2_La santé ne dois pas être un tabou ! Une jeune fille de 12ans est tout à fait capable de comprendre le fonctionnement et le but des règles pourvus que l'ont utilise les bons mots. On a pas besoin de minimiser la chose, ou de la généraliser car tous les cas sont différents, et aujourd'hui on a assez de moyen pour trouver une solution adaptée à tous.

Désolée pour ce long pavé XD
Je m'en suis moi aussi servie de défouloir ....

Re: Ras-le-bol des idées reçues sur les règles!

Publié : 26 sept. 2013, 13:59
par cillya
ça pour etre mal informé , on est mal informé ....perso ce qui me saoul le plus c'est que parfois les regles sont "un peu douloureuses" personnellement j'ai de l'endométriose et je peux vous dire que parfois j'ai tellement mal que j'en sauterais par la fenêtre et ce meme avec des traitements anti douleurs a des doses enormes ( 2 ibuprofene 400 à la fois 4 fois par jours plus du paracétamol , où des bi profenid 100, 2 fois par jour alors que la dose est de 1 par jour ...) bref c'est chaque mois l'enfer et malgrés tout je dois travailler et continuer ma vie comme si de rien était ces jours là ...sans compter la sublime empathie des gynécos qui vous disent "ben oui vous avez mal mais bon c'est comme ça faut faire avec ... y a pas de traitement vraiment efficace " et je précise que je suis loin d’être douillette

Re: Ras-le-bol des idées reçues sur les règles!

Publié : 26 sept. 2013, 14:42
par Sarah Claudine
cillya a écrit : et malgrés tout je dois travailler et continuer ma vie comme si de rien était ces jours là ...sans compter la sublime empathie des gynécos qui vous disent "ben oui vous avez mal mais bon c'est comme ça faut faire avec ... y a pas de traitement vraiment efficace "
"Ah mais c'est comme ça, il faut faire avec!": on ne devrait jamais entendre un truc pareil dans la bouche d'un médecin! Manquer à ce point de psychologie quand on pratique un métier où le contact humain est aussi essentiel... :evil:
Et il y en a plein de ces maladies chroniques qui ne sont pas "vraiment graves" ni "invalidantes", mais qui te pourrissent la vie quand même. Alors oui bien sûr, il y a toujours pire! Mais il y a aussi les gens qui on la chance de ne rien avoir de tout ça, et toi tu dois faire comme si tu étais pareil qu'eux, pas le droit de se plaindre, "continuer sa vie et faire comme si de rien n'était", comme tu le dis si bien Cillya. On a beau se dire "Il y a pire que moi", ça ne soulage pas la douleur.

J'ai eu de la chance de plutôt bien tomber à ce niveau: mon médecin de famille qui m'a suivi pendant un quart de siècle est super et très à l'écoute, et ma dermato est vraiment très psychologue, très humaine. Et mon nouveau médecin traitant est super, très ouverte, très humaine.
En arrivant sur Paris j'ai trouvé un gynéco, mais je ne sais pas si je retournerais la voir: elle a voulu absolument me faire changer de pilule alors que le mienne me convenait parfaitement (qui plus est elle est sur le marché depuis très longtemps, et on a jamais constaté d'anomalies ou d'accidents dus à son usage! Plusieurs médecins me l'ont confirmé) pour me faire prendre "la même, mais une version plus récente".
Au premier cycle je ne remarque pas vraiment de différence, à part que mon flux est vraiment diminué (tant mieux donc), même s'il me semble faire pas mal de rétention d'eau. Et le résultat 2 cycles plus tard: 7 kilos de plus, de la cellulite plein les cuisses et le ventre, alors que je n'en avais jamais eu avant, je me sens sens mal à l'aise (je travaille dans la mode, alors bonjour les complexes :( ), lourde, je bouge mal, j'ai mal aux jambes (et oui parce que la flotte ça pèse lourd, plus lourd que la graisse, même!).
Je ne rentre plus dans aucun de mes pantalons... Je précise que j'avais une alimentation assez équilibrée et que je marchais au moins 30mn par jour. Je commence à soupçonner cette pilule. Je me rends chez mon nouveau généraliste, une femme super, qui est aussi gynéco, et quand je lui dis le nom de la pilule sa réaction est immédiate: "Ah mais cette pilule-là décidément tout le monde s'en plaint!" :o Elle me confirme mes soupçons, et je demande à reprendre mon ancienne pilule. Je pense que dorénavant je ferais mon suivi gynéco avec elle.

D'ailleurs je lui ai parlé de la cup, le dernière fois que je suis allée la voir, elle a été assez surprise car elle savait que cela avait existé il y a très longtemps, mais elle ne pensait pas que ce système était de nouveau d'actualité. Elle m'a dit qu'elle allait se renseigner, et que c'était une très bonne idée! C'est qui m'a finalement convaincue ^^
Depuis que je reprend mon ancienne pilule, j'ai perdu quelques petits kilos, mais la cellulite est toujours là. D'après mon médecin, il ne faut pas stresser, ça devrait se réguler petit à petit. J'espère...

Re: Ras-le-bol des idées reçues sur les règles!

Publié : 27 sept. 2013, 16:46
par Coupe d'Europe
Merci pour ton témoignage Logicielle.

Chez moi, ma mère a eu trop de pudeur pour me parler de tout cela. Je n'ai pas souvenir de discussions sur le corps, les règles, la sexualité, mais d'avoir plus ou moins deviné comment tout cela se passait.
Heureusement que j'avais accès au Planning Familial, non pour l'information (zéro info) ni pour les conseils (késako?), mais pour avoir pu me faire prescrire la pilule sans que personne me demande quoique ce soit (ça a parfois du bon...).
Au lycée, pas de cours d'éducation sexuelle, rien. En bio, surtout important de savoir décortiquer une grenouille et un oeil de boeuf (geeerbbb...), mais pas grand'chose sur le coprs humain. J'espère mieux m'y prendre avec ma fille et mon fils, leur expliquer tranquillement leur corps et son fonctionnnement pour qu'ils n'aient surtout peur de rien et surtout pas d'aborder le sujet.
En ce qui concerne le corps médical, je le fuis, et suis à deux doigts de les considérer (presque) tous comme des singes savants, rares étant ceux qui ont deux doigts de psychologie. Et cette façon de découper le corps humain en spécialités universitaires me parait absurdes, alors que tout le corps paraît être une mécanique si subtile...
Vive les généralistes qui savent faire - et seulement si nécéssaires et souhaités !! - des examens gynéco, et les gynécos, comme le tien Logicielle, qui se préoccupent de toute la personne (et non juste d'un vagin...).
Mais surtout, relisons Molière et ne prenons pas trop de médicaments, les alchimistes ne sont pas sûrs de la formule...

Re: Ras-le-bol des idées reçues sur les règles!

Publié : 27 sept. 2013, 21:48
par delphie76
Je profite d'avoir un peu de temps pour continuer la conversation
Je n'ai pas été mieux informée à vrai dire début des années 80 , j'ai 13 ans 1/2 , le demi ça compte à cet âge ou l'on rêve d'être grande pour vieillir plus vite après , bien joué! Ma grande soeur coquette et amoureuse se soucie guère de moi , d'autant qu'elle se trouve pensionnaire au lycée lorsqu'un soir étendue sur mon lit en apprenant mes leçons , je remarque du sang sur ma main. Horrible, j'en avais partout et en plus il fallait aller dîner , ça ne pouvait pas tomber plus mal! J'avais bien une serviette pliée dans le sac mais celle-ci avait déjà séjourné longuement dans le fond avec mes classeurs qu'elle ne ressemblait plus à grand chose .Ne trouvant rien à l'étage , il m'a bien fallu faire venir Maman à la rescousse. Aie aie! Aucune préparation psychologique :oops: " Tiens prends ça en attendant" une serviette plus destinée à une "maman mammouth" qu'à une ado ; la culotte à la poubelle , quant au dessus de lit nous attendrons le lendemain pour le détachage . Un diner moribond! Je me disais pourvu que Maman se taise mais mon père semblait avoir compris , ça se lisait sur man visage :oops:
Puis la première nuit , vos vous souvenez certainement , cette impression qu'elles ne s’arrêteront jamais comme si on allait mourir :o Nous sommes très loin de l'idéal et pourtant c'était hier!
Je n'ai pas voulu que ça recommence avec ma fille dès 8 ans , elle savait tout , trop peut-être je me disais parfois mais le jour J nous avons fêté l’événement
Il y a quelques temps j'ai eu l'occasion de lire un roman , la scène se passe dans une famille noble fin 19 début 20ème siècle . C'est la Nounou qui s'occupe du bain des filles , lorsqu'une d'entre elle sort de l'eau en criant ; elle se retrouve dans une mare de sang :o Posément et sans s'affoler la Nounou revient avec un attirail tel c'était décrit dans le roman , la fameuse bande hygiénique avec la ceinture qui va bien et pour clore le bal la culotte plastifiée raide de chez raide .En plus elle ne pouvaient pas poser de question car c'est comme ça et chaque mois ça sera ainsi! lors difficile de ne pas angoisser n'es ce pas!

Re: Ras-le-bol des idées reçues sur les règles!

Publié : 28 sept. 2013, 20:45
par Georgia
Aaaaaaaah, ça me rassure trop ce que vous raconter sur la découverte des règles abondantes et douloureuses "pas comme dans les livres" :)
Premières règles en camp scout, un peu pommée, j'avais 12 ans et demi, des animatrices supers, mais moi j'étais bien trop timide et gênée pour aller demander quoi que ce soit... J'ai compris rapidement que c'était mes règles, grâce à des mini-guides de la puberté reçus en pub avec des échantillons de tampons, et lus et relus...
Même infos que vous, "les règles ça dure 3 à 5 jours, et on perd à peine un demi-verre d'eau"... Ah ah ah, c'était juste pas du tout ça, j'ai eu l'impression de me vider de mon sang, et ça continuait bien au-delà des 5 jours (ado, mes règles duraient 7 jours, même si les deux derniers étaient très légers, une vraie protection était nécessaire). Bref, l'horreur.

En grandissant, et en apprivoisant les tampons, j'ai réussi à me libérer de la contrainte de me changer toutes les 2h, merci le combo tampon super + et serviette qui tiennent 4-5 heures. Mais qu'est-ce que j'ai tâché comme vêtements, et qu'est-ce que j'ai pu être mal à l'aise, quand j'étais au collègue, que j'avais une serviette qui tenait 2h mais pas plus, et qu'à chaque fois que je me levais de ma chaise, j'avais l'impression que des litres de sang s'échappaient de mon corps et que ça allait couler partout... Et la course chaque matin, en espérant que "ça" avait tenu, et que j'allais réussir à me lever sans en mettre partout.
Pareil, petit à petit j'ai réussi à apprivoiser la douleur, à comprendre que le paracétamol n'était pas efficace pour moi dans ce cas, que l'ibuprofène marchait mieux même si c'est pas toujours miraculeux. Jeune adulte je me suis fait mes petits traitements anti-douleurs et anti-règles abondantes à base de plantes, qui font que je maîtrise mieux le truc aujourd'hui (et puis avec la coupe en plus, maintenant, ça gère :D ).

Par contre, au fur et à mesure que je me comprends mieux, je suis en colère contre toute l'information qu'on ne reçoit pas ou mal. Rien que sur l'abondance des règles : à quel moment c'est pathologique ? Je ne sais toujours pas vraiment.
Et sur le fait que le monde médical, globalement, n'en a strictement rien à secouer des règles : on en parle assez peu, et quand tu as hyper mal et/ou que c'est trop abondant, hop, pilule. Ok, pour celles à qui cette contraception convient, tant mieux, mais moi par exemple, j'ai plus le droit à une contraception hormonale. Et derrière, ce qui m'énerve, c'est que quel que soit le problème, jamais on ne cherche à comprendre et à traiter les causes du problème, on te colle une contraception hormonale qui fait l'affaire (ou pas d'ailleurs, mais ça on s'en fout aussi :roll: ), ou on te dit de prendre des anti-douleurs, bref, on masque le problème d'une manière ou d'une autre... On parle là quand même d'un problème médical qui peut potentiellement concerner 3.5 milliards de personnes dans le monde, mais apparemment, personne n'a l'idée de se pencher dessus :roll:

Merci Sarah Claudine d'avoir lancé ce topic, il est très libérateur je trouve :D

Re: Ras-le-bol des idées reçues sur les règles!

Publié : 28 sept. 2013, 23:19
par Fraise
Pour mieux connaître notre corps et son fonctionnement, je vous recommande vraiment ce site, écrit par un médecin généraliste de toute confiance, qui est une mine d'informations :
http://martinwinckler.com/spip.php?rubrique8

Et pour moi, la révélation, à presque 26 ans, ça a été la lecture du Chœur des femmes, du même Martin Winckler... Ça met en colère, mais une colère libératrice.

Sinon pour moi les règles ça a été un traumatisme : je ne savais absolument pas ce que c'était, quand j'ai vu que je perdais du sang, j'ai couru voir mon père (oui, je m'entends mieux avec mon père qu'avec ma mère sur les sujets intimes, il sait que j'ai une cup et pas ma mère, par exemple...) en paniquant, et c'est lui qui m'a expliqué. J'ai compris des années plus tard que c'était cette panique du sang qui avait fondé mon refus total de manger de la viande rouge parce que je n'aimais pas le goût du sang (ce refus a duré de l'année de mes règles jusqu'à 21 ans...)

Re: Ras-le-bol des idées reçues sur les règles!

Publié : 01 oct. 2013, 10:46
par Sarah Claudine
Georgia a écrit : Mais qu'est-ce que j'ai tâché comme vêtements, et qu'est-ce que j'ai pu être mal à l'aise, quand j'étais au collègue, que j'avais une serviette qui tenait 2h mais pas plus, et qu'à chaque fois que je me levais de ma chaise, j'avais l'impression que des litres de sang s'échappaient de mon corps et que ça allait couler partout...
Mais c'est tellement ça!!! Combien de fois j'ai ressenti ça, surtout au collège. Et le pull ou le blouson que l'on garde solidement attaché par les manches à la taille, parce qu'on a une tache à dissimuler! :mrgreen:
Je me sentais tellement mal, surtout avec mes amis garçons, parce que des fois ils se rendaient compte que j'étais mal à l'aise que je restais plantée sur ma chaise sans oser bouger, mais bien sûr je n'osais pas leur expliquer pourquoi, parce que je pensais qu'il ne pourraient jamais comprendre, se mettre à ma place (et pourtant c'était des amis proches). A la fin de l'adolescence, j'étais plus à l'aise avec ça, je me serais contentée de dire, "C'est rien, j'ai mes règles, alors je suis pas très très bien", et puis basta. Mais à 13 ans et demi, c'est une autre paire de manches... :roll:

Re: Ras-le-bol des idées reçues sur les règles!

Publié : 01 oct. 2013, 14:06
par youplaboum
Moi je ne savais même pas ce que c'était que des règles...du coup quand c'est arrivé j'ai cru sue je m'étais blessé... Au bout d'une journée j'ai compris ce que c'était (oui je regardais la télé donc je savais a peu près de quoi y s'agissait) et la j'ai eu honte...j'ai mis 3 jours a le dire a ma mere et j'ai eu un mal fou a lui dire...heureusement que ça avait pas coule a flot puisque j'ai passe 3 jours sans protection. Je lavais mes culottes discretos a la salle de bain.
Après ça je me suis retrouve avec des serviettes hygiéniques pas adapte du tout pour moi...j'y connaissais rien donc j'ai pris ce que ma mère mettais...elle elle avait un diu et moi 12 ans...
Bref je lui en veut de m'avoir jamais explique ce qui allait m'arriver, pourquoi et quelles solutions il y avait.
Aujourd'hui,hui mes règles ne sont plus une gêne ( bon je m'en passerais bien mais on a pas non plus le choix) mais ce qui est sur c'est que ma fille je l'accompagnerais dans toute ces étapes.